AUTONOMISATION DES FEMMES : Entretien avec Bousso Fall, femme forestière du village de Sikilo

0

 « Lorsque les plantes fruitières seront mûres, nous pourrons en vendre et en manger ».

Le projet Décentralisation des fonds climats développé par l’Ong Innovation environnement et développement impacte positivement sur la vie des femmes rurales dans la région de Kaffrine. Entretien avec Bousso Fall

Quels sont les types de plantes dont vous disposez dans ce périmètre ?  

Par ici vous trouverez des manguiers, des anacardiers, des épineux, des tamariniers, etc. Il y a un large éventail d’arbres fruitiers et d’espèces forestières.

Qu’est-ce que ces plantations peuvent changer dans vos vies ?

Ces plantes vont apporter beaucoup de bien. Nos familles pourront vivre des fruits de nos plantations. Lorsque les plantes fruitières seront mûres, nous pourrons en vendre et en manger.

Lorsque le projet Décentralisation des fonds climat (DFC) a été mis sur pied, il a coïncidé avec l’approche de la fête de Tabaski en début d’hivernage et les paysans n’avaient rien. Certains n’avaient pas les moyens pour aller retirer leurs habits chez le couturier. D’autres n’avaient pas de quoi payer des chaussures pour leurs enfants. Et avec ce projet, les populations ont pu régler leurs problèmes grâce à l’argent gagné à la suite du repiquage des plantes. Le paiement variait entre 10.000, 15.000 et 20.000 francs CFA. On a aussi installé le pare-feu. Et depuis, il n’y a pas eu d’incendie ici.

Vous êtes combien de femmes ici ?

Je ne connais pas le nombre exact mais, nous sommes nombreuses, au moins plus de 50 femmes et portons beaucoup d’espoir sur ce reboisement qui nous permettra d’avoir une autre source de revenus pour mieux aider nos maris à prendre en charge nos familles.

Réalisé par infosansfrontière.com (envoyé spécial)

 

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Ce champ est requis