COMMUNIQUE/ L’Organe International de Contrôle des Stupéfiants lance une formation régionale pour l’Afrique francophone à Dakar, au Sénégal

0

VIENNE / DAKAR, 10 septembre 2018 (Service d’information des Nations Unies) – L’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS) a ouvert aujourd’hui un séminaire régional de formation à Dakar, au Sénégal. Organisé dans le cadre du projet de l’OICS « INCB Learning », le séminaire rassemble 30 responsables de la lutte contre la drogue provenant de 11 pays d’Afrique francophone et vise à renforcer leur respect des traités internationaux relatifs au contrôle des drogues. Des responsables des autorités nationales de contrôle des drogues du Cameroun, de la République centrafricaine, du Congo, de la République démocratique du Congo, du Gabon, de Guinée, du Mali, de Mauritanie, du Niger, du Sénégal et du Togo participent au séminaire de formation.
Pendant trois jours, le projet de l’OICS « INCB Learning » dispensera une formation spécialisée sur les prescriptions du traité en matière de contrôle réglementaire et de surveillance du commerce licite de stupéfiants, de substances psychotropes et de précurseurs chimiques. Les participants seront également initiés aux outils en ligne de l’OICS : le Système international d’autorisation des importations (I2ES), le Système électronique d’échange de notifications préalables à l’exportation (PEN Online), le Système de notification des incidents concernant les précurseurs (PICS) et le Système de notification des incidents du Projet “ION” (ION). La formation est coorganisée avec le Bureau régional de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale.
Le séminaire de formation a pour but d’améliorer les capacités de surveillance et d’établissement de rapports des autorités nationales participantes, et de veiller à ce que les substances contrôlées soient disponibles de manière adéquate à des fins médicales tout en empêchant leur détournement vers des circuits illicites, leur abus ou leur trafic.
Bien que des progrès aient été réalisés, l’Afrique continue de figurer parmi les régions du monde où l’accès aux opioïdes pour le soulagement de la douleur et aux substances psychotropes pour le traitement des troubles mentaux et neurologiques est faible. L’importance d’un accès adéquat aux stupéfiants et aux substances psychotropes, et de leur disponibilité à des fins médicales et scientifiques, sera examinée dans une séance spécifique de la formation, avec des contributions de représentants de l’ONUDC, de l’Organisation mondiale de la santé, de l’Association africaine de soins palliatifs et du Gouvernement du Sénégal.
Lancé en 2016, le projet « INCB Learning » est l’une des initiatives de l’OICS visant à aider les États Membres à mettre en œuvre les dispositions des trois conventions relatives au contrôle des drogues, ainsi que les recommandations du document final de 2016 de l’UNGASS et du rapport sur la disponibilité de l’OICS (2016). L’initiative s’attaque aux obstacles à une disponibilité adéquate des substances contrôlées, en particulier le manque de formation et de sensibilisation. Les activités passées ont compris des séminaires régionaux de formation pour les autorités des pays d’Afrique de l’Est, d’Asie du Sud et d’Est et du Pacifique, d’Europe, d’Océanie et d’Amérique centrale.
Un autre volet du projet de l’OICS « INCB Learning » consiste à mettre au point des outils d’apprentissage en ligne à l’usage des États membres. Le projet de l’OICS « INCB Learning » a bénéficié des contributions des gouvernements de l’Australie, de la Belgique, des États-Unis et de la France, et un soutien supplémentaire des États membres est nécessaire pour soutenir et développer les activités du projet.
***
L’OICS est l’organe quasi-judiciaire et indépendant chargé de promouvoir et de contrôler le respect des trois conventions internationales relatives au contrôle des drogues : la Convention unique sur les stupéfiants de 1961, la Convention de 1971 sur les substances psychotropes et la Convention de 1988 contre le trafic illicite de stupéfiants et substances psychotropes. Créés par la Convention unique sur les stupéfiants de 1961, les 13 membres de l’OICS sont élus à titre personnel par le Conseil économique et social pour un mandat de cinq ans.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Ce champ est requis