Casamance: Un regain de violence qui inquiète

0

La Casamance renoue-t-elle avec la violence ? Tout porte à le croire avec les assassinats enregistrés dernièrement dans cette partie sud du Sénégal en proie à un conflit qui dure depuis 1982. Dans la nuit du mercredi 14 au jeudi 15 novembre 2018 un berger a été tué par balle dans la localité de Koussi, un village de la commune de Mangaroungou dans le département de Goudomp.

La victime, Malang Diatta, âgé d’une cinquantaine d’années, marié, père de 6 enfants, s’occupait de son troupeau lorsque des hommes armés sont entrés dans le village vers 3 heures du matin ouvrant le feu sur lui. Les assaillants n’ont pu emporter le troupeau, pris de panique ils se sont enfouis.

Un évènement malheureux qui intervient trois jours seulement après le double assassinat du chef du village de Dobondir, Abdoulaye Sagna, et de son neveu, tués à coups de machette. Les deux hommes s’étaient farouchement opposés à des voleurs de bétails armés qui ont fini par ouvrir le feu sur eux.

Au début de ce mois de novembre 2018, des malfrats ont arrêté des véhicules et des motos jakartas avant de dépouiller les passagers sur la route nationale 4 entre les villages de Diangori et Badiouré dans le département de Bignona.

En provenance de Ziguinchor, un véhicule voulant échapper au braquage a été arrosé de balles par les braqueurs qui ont réussi à blesser des passagers. Lors de ce braquage 7 personnes ont été enlevées dont 4 filles et trois garçons.

Ce regain de violence remet au goût du jour la lancinante question de la résolution définitive du conflit en Casamance qui prend des tournures de drame-pour des raisons difficiles à expliquer- à chaque fin d’année.

Infosansfrontieres.fr

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Ce champ est requis