DECES DU PRESIDENT JAWARA: Le père de la nation gambienne tire sa révérence

0

Le premier président de la Gambie Daouda Jawara (avril 1970 – Juillet 1994) est décédé ce mardi en Gambie à l’âge de 95 ans. Affectueusement appelé ‘’Pa bi’’,  (le vieux) par les gambiens, Jawara a vécu paisiblement dans ce pays jusqu’à sa mort.

L’homme est né en 1924 dans une famille mandingue musulmane, à Barajally, dans le centre du pays, où son père tenait un commerce. Il a fait ses études au Ghana, puis en Grande-Bretagne, à Glasgow.

Etudiant en  Écosse, le futur chef de l’Etat gambien commence à s’intéresser à la politique, en côtoyant le mouvement des jeunes du parti travailliste britannique, ainsi que de futurs responsables politiques d’État du Commonwealth, à l’image de Cheddi Jagan.

Revenu en Gambie en 1953, il exerce la fonction de vétérinaire et se convertit au christianisme pour épouser en février 1955 Augusta Mahoney, fille d’un influant homme politique, d’origine aku et de confession chrétienne. Jawara entre en politique en 1960 et devient le dirigeant du Parti populaire progressiste (PPP), et ministre de l’Éducation au sein du gouvernement autonome gambien, sous la tutelle de la Couronne britannique. En 1962, il devient le chef du gouvernement autonome gambien. En février 1965, la Gambie devient la dernière colonie britannique à acquérir son indépendance.

Toujours la même année, Jawara divorce de sa première épouse, se reconvertit à l’Islam et se marie à nouveau, en 1967, avec la fille de Momodu Musa N’Jie, d’origine peul. N’Jie était un homme politique et l’un des bailleurs du parti gambien, l’United Party.

Très vite, la raréfaction des ressources économiques et la taille réduite du pays rendent l’avenir de la nouvelle nation gambienne incertain. Surtout que le voisin sénégalais appelle à une fusion, non souhaitée par la population. Dawda Jawara parvient à trouver un accord avec le premier président du Sénégal Léopold Sédar Senghor, pour une coexistence des deux pays. En 1970, la République de Gambie est proclamée et Jawara en devient le premier président.

Puis, il est démocratiquement réélu tous les 5ans avec une majorité écrasante, par l’Assemblée nationale jusqu’en 1982, ensuite au suffrage universel après la réforme constitutionnelle de 1982.

Les Opérations Fodé Kaba

En 1981, une tentative de coup d’État tente de renverser le régime de Jawara en vain car le 1er août 1981, le grand public apprit que les parachutistes de l’Armée sénégalaise venaient de sauter sur Banjul la nuit précédente. Le but de l’opération était de débarrasser Banjul des putschistes dirigés par Kukoy Samba Sagna qui avait perpétré un coup d’Etat contre le Président Daouda Jawara absent du pays (Il était en vacance à Londres).

L’opération fut une réussite et le Président Jawara a été remis rapidement sur son fauteuil. Le 06 août, toute la Gambie passa sous le contrôle de l’Armée sénégalaise. La démocratie gambienne est sauvée. Cette opération appelée Fodé Kaba 2 faisait suite à une autre intervention militaire du Sénégal en Gambie en octobre 1980 dénommée Fodé Kaba 1. L’opération Fodé Kaba 1 visait également à sauver le président Jawara d’une tentative d’assassinat orchestrée par Kukoy Samba Sagna. Par la suite, les présidents sénégalais et gambien, Abdou Diouf et Dawda Jawara, mettent en place une confédération sénégambienne, qui est dissoute en 1989 suite à des divergences d’idées.

Jammeh renverse Jawara en 1994

Le 22 juillet 1994, un nouveau coup d’État militaire, mené par Yahya Jammeh, réussit et renverse le régime démocratique. Jawara embarque avec sa famille et ses proches sur un navire de guerre américain, en escale technique à Banjul, pour venir s’installer à Dakar.

Il est ensuite retourné en Gambie où il a vécu paisiblement jusqu’à son décès ce mardi 27 août 2019 à l’âge de 95 ans.

Par Aissata Samba Bâ (infosansfrontieres.com)

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Ce champ est requis