QUESTIONS GENRE : Le Kenya devient le premier pays africain à reconnaître les personnes intersexes

0

Dans le cadre de son nouveau recensement de la population, le Kenya est devenu le premier pays africain à reconnaître les personnes intersexes. La mention « Intersexe » a été ajouté dans l’option genre.

Le recensement aidera à mettre fin à la stigmatisation et à reconnaître les droits des personnes intersexuées qui ont du mal à accéder aux soins de santé et à l’éducation, a déclaré Isaac Mwaura, sénateur chargé des personnes handicapées.

« Nous n’avons pas de chiffres, mais nous savons qu’il s’agit d’une question très stigmatisée. Il est très important que des personnes intersexuées soient comptées pour la première fois dans ce pays », a déclaré Isaac Mwaura à la Fondation Thomson Reuters lors d’une entrevue mardi dernier.

Jusqu’à 1,7 % de tous les enfants naissent intersexués, avec des organes reproducteurs, des organes génitaux, des hormones ou des chromosomes qui ne correspondent pas aux attentes habituelles des hommes et des femmes, selon les Nations Unies.

Ils subissent souvent une intervention chirurgicale pour rendre l’apparence et la fonction de leurs organes génitaux plus proches de celles des hommes ou des femmes normaux, ce qui, selon les recherches, peut entraîner des dommages psychologiques plus tard dans leur vie.

Au Kenya, les parents se précipitent souvent pour faire opérer leurs enfants à un jeune âge afin d’éviter le ridicule. De nombreux adultes intersexués disent que leur vie a été affectée par de telles opérations.

Les enfants intersexués sont parfois rejetés par leur famille et intimidés à l’école et les adultes ont du mal à trouver du travail et sont victimes de violences physiques, affirment les défenseurs des droits des intersexuels.

  1. Mwaura fait pression en faveur d’une loi qui permettrait aux Kényans intersexués de changer de genre sur leur carte d’identité nationale et d’inclure l’option « intersexe » sur les certificats de naissance et de décès.

Il affirme qu’il s’attend à une opposition à ce projet de loi parce que de nombreux législateurs associent les personnes intersexuées à l’homosexualité qui est interdite au Kenya.

Le projet de loi, qui doit être présenté au Parlement du Kenya en septembre, a reçu l’appui du Président Uhuru Kenyatta, a-t-il ajouté.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Ce champ est requis