CONTRIBUTION: CORONAVIRUS : NOUS RISQUONS UNE HÉCATOMBE ( PAR DAMEL MAÏSSA FALL )

0

Chers compatriotes, Chers militants et sympathisants,

Après une année d’un silence choisi, j’ai décidé de m’adresser à vous, parce que l’heure est particulièrement grave. En effet, dans nos villes et campagnes, que je sillonne en ce moment, la désinvolture est la principale règle de prudence.

Malgré la crise sanitaire qui secoue une partie du monde, malgré les cas de contamination à Touba et ailleurs, nos compatriotes restent sceptiques quant à la réalité de la maladie. Alors la vie continue, rythmée par les rassemblements religieux, les séances de tam-tam et les cérémonies familiales. Pour preuve, cette nuit j’entendais des chants religieux et ce matin, j’ai eu au téléphone une personne qui se rendait à un baptême, au mépris des mesures prises par l’Etat.

Donc, alors que la mort rôde sournoisement, notre population ne s’en émeut guère, convaincue que Dieu veille tout particulièrement sur le Sénégal, pays exceptionnel et protégé pour l’éternité. Une attitude inqualifiable et qui risque, si rien n’est immédiatement fait, de transformer la crise sanitaire qui se profile en hécatombe. Ce qui est d’autant plus prévisible que :

– Nos familles sont grandes ;

– Nos quartiers populaires sont surpeuplés ;

– Nos villes sont insalubres ;

– Nos restaurants sont insalubres ;

– Nos transports en commun sont insalubres ;

– Nos ateliers sont insalubres ;

– Nos hôpitaux sont sous-équipés ;

– Nos salamalecs sont nombreux ;

– Nos compatriotes sont indisciplinés ;

– Nos marabouts contredisent les médecins ;

– Nos charlatans manipulent les ignorants et autres incapables majeurs ;

– Nos personnalités défient l’autorité de l’Etat.

Oui,  face aux discours tantôt rassurants tantôt lénifiants, je choisis celui de la Rupture : de très nombreuses personnes risquent de mourir et des familles entières décimées.

Le premier cas de coronavirus français m’a trouvé à Paris. J’ai été deux fois en Italie et très exactement lorsque la situation commençait à être critique. J’ai vécu à Paris 25 ans et me suis rendu plus de 300 fois en Italie. Donc je connais très bien les deux pays et noté la sérénité avec laquelle les populations se comportaient là-bas. Et le résultat est là, catastrophique, malgré leurs infrastructures, leur niveau d’éducation et leur niveau d’hygiène. Donc il y a bien lieu de s’alarmer au Sénégal. La peur serait salutaire, parce qu’elle amènerait les uns et les autres à réagir, individuellement et collectivement.
Il ne faut pas caresser le sujet, il y a bien péril en la demeure, parce qu’au risque de me répéter, RIEN n’a changé dans le comportement de nos compatriotes. Le message des autorités est loin d’être entendu : des écoles coraniques restent ouvertes comme si les mesures prises par l’Etat ne les concernaient pas. Et les exemples de négligence sont légion.
Comment se protéger si les autres qui nous côtoient n’en font pas autant ?
D’aucuns disent que nos compatriotes s’éveilleront avec le premier cas de décès. Mais au regard du doute persistant et de la désinformation, certains auront l’inconscience et l’outrecuidance de dire que l’État manipule la population. Donc combien de morts faudra-t-il pour rendre la vérité incontestable ? Faudra-t-il exhiber les dépouilles à la place de l’indépendance ? Chers compatriotes, même un mort serait inacceptable. Donc il faut réagir.

Étant entendu que face à l’urgence, il importe moins de chercher des coupables que de formuler des propositions, j’appelle à une immédiate union sacrée et à une mobilisation générale.

L’Etat ayant pris ses responsabilités, il appartient maintenant :

– A chaque parent de veiller sur ses enfants et de les mettre en quarantaine.

– A chaque croyant de dire la vérité : le combat contre le coronavirus n’est pas un combat contre l’Islam.

– A chaque citoyen de veiller sur ses concitoyens en évitant toute sortie, tout voyage et tout contact physique non nécessaires.

– Aux chefs religieux d’inviter leurs disciples à respecter l’ensemble des mesures prises par l’Etat ainsi que les règles d’hygiène. Sans oublier de rappeler aux commerçants ce que dit la religion concernant l’augmentation des prix en période de crise.

– Aux habitants (élus, chef de quartier, chef de village, responsables associatifs et citoyens) de se réunir (EN TOUTE SÉCURITÉ), pour définir des plans d’actions. Ceci est d’autant plus urgent que nos forces de sécurité ne peuvent pas à elles seules faire respecter l’interdiction des rassemblements publics.

– Aux citoyens, à défaut de pouvoir s’opposer, de dénoncer aux autorités compétentes tout agissement contraire aux lois et textes en vigueur. Dénoncez les contrevenants, parce qu’ils nous mettent tous en danger.

– Aux préfets et sous-préfets d’encourager et d’encadrer les initiatives des habitants.

– Aux services publics d’anticiper sur leurs besoins en personnel.

– Aux jeunes de proposer leur aide aux services publics qui en auront besoin.

– Aux forces de sécurité de faire preuve d’une extrême rigueur vis-à-vis des contrevenants aux mesures prises par l’Etat.

– Aux médias et à toute personne ressource d’amplifier le message de l’Etat et des autorités sanitaires.

– Aux gens bien informés des villes de demander à leurs parents des campagnes de respecter les mesures d’hygiène et celles prises par l’Etat.

– Au personnel médical de se mobiliser comme jamais et d’honorer le serment d’Hippocrate. Aussi, pour le secteur, s’interdire de profiter de situation par un renchérissement des soins.

– Aux pharmaciens de s’adapter à la situation, pour vendre masques et gants en détails, sans augmenter les pris.

– Aux commerçants de ne pas augmenter les prix.

– A La Croix Rouge et à toute structure compétente de former en urgence des bénévoles, parce que la crise risque d’être longue.

– Aux bienfaiteurs de contribuer financièrement aux efforts de l’Etat.

– Et enfin, à l’Etat de prendre des mesures fortes contre ceux qui défient son autorité et entretiennent le scepticisme au sein de la population, d’interdire toute augmentation du prix des denrées alimentaires et de première nécessité, d’interdire tout communiqué contraire aux mesures qu’il a prises, de mettre en quarantaine toute zone dangereuse et quelle qu’elle soit, de donner la meilleure information et d’interdire aux médias d’inviter toute personne qui entretien le scepticisme au sein de la population. L’occasion pour l’Etat de recouvrer TOUT le pouvoir qui est le sien et de l’exercer sans aucune faiblesse.

Le sursaut ne saurait attendre, parce qu’à défaut d’une immédiate union sacrée et d’une mobilisation générale, des familles entières seront décimées sur l’ensemble du territoire. Ce que je ne souhaite pas.

Vive le Sénégal ! Et prompt rétablissement à tous les malades.

 

www.infosansfrontières.com

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Ce champ est requis